Ma rencontre avec Flavie : Photothérapie et libération

Bonjour ! 

J’espère que vous allez bien et que vous préparez bien les fêtes !

Ici je suis en plein déménagement, je vais bientôt vous accueillir dans un lieu complètement nouveau, et à terme je pense trouver un endroit complètement indépendant, juste pour vous ! En attendant, vous serez accueillies dans un cocon douillet !

Je voulais vous partager la séance de Flavie, j’espère qu’elle vous plaît ! 

Pour vous expliquer un peu le contexte, j’ai reçu un email de Flavie il y a presque un mois, et j’ai senti une réelle détresse dans sa demande. Elle me racontait en détails à quel point elle détestait son visage et le mal être que cette situation lui procurait.

Son message était si triste et si désespéré que j’ai pensé, je vous l’avoue maintenant, qu’elle avait une sorte de malformation ou de “difformité” (je n’aime pas trop ce mot, mais vous comprenez ce que je veux dire), pour être aussi mal dans sa peau. En tout cas, j’ai vraiment été touchée par son email, j’avais hâte de la rencontrer pour travailler avec elle sur son estime d’elle-même.

Quand j’ai vu arriver Flavie… Je suis tombée des nues (ah ben je n’utilise pas souvent cette expression, dommage elle colle bien à mon activité !), elle était super mignonne, avec un visage tout à fait dans la norme. Je me permets de vous alerter sur ce point : Vous imaginez la violence avec laquelle on parle de nous-même ? Même la personne en face risque de nous croire sur parole…

Nous avions prévu une séance Empow-Her-ment, c’est à dire environ 1H30 de photothérapie, puis une séance boudoir. Je l’avais prévenu que si les émotions étaient trop forte, elle pouvait, si elle le souhaitait, repousser la séance boudoir à plus tard (sans bien sûr que cela lui soit facturé).

Nous avons parlé de beaucoup de sujets, la vie n’est pas tendre avec les femmes et leurs corps et Flavie n’a pas été épargnée, mais elle avait envie de trouver des solutions pour se réapproprier son corps et son histoire personnelle. Au final, j’ai vraiment ressenti qu’elle se détendait au fur et à mesure de la séance et à la fin de la première partie, elle était prête à se mettre à nue, cette fois littéralement !

Le corps prend en charge nos émotions, et mettre des mots sur les maux, permet souvent de les libérer. Et je trouve que dans le cas de Flavie ça se voit vraiment ! Le lâcher-prise et réel et on peut le voir.

Merci à elle pour sa confiance, c’est vraiment une expérience incroyable de pouvoir permettre à l’autre de se libérer, au moins en partie, du poids des émotions négative.

A bientôt pour de nouvelles séries de photos et peut-être en vrai, sur Montpellier.


Le déclic

Vous vous rappelez votre dernier déclic ? Celui qui a changé votre vie, qui a changé votre perspective entièrement ? Moi c’était l’été dernier j’en ai eu deux. 

Qu’est ce que j’ai envie de faire ? Qu’est- ce que j’ai envie de raconter maintenant ? De quoi je suis capable.

Je savais que j’avais envie de raconter autre chose que de belles histoires d’amour.  Le mariage c’est super, mais l’histoire elle est déjà écrite et nous sommes seulement finalement les témoins d’une partie du voyage.

Ici j’ai envie de faciliter, d’améliorer, d’aider le voyage des femmes qui viennent me voir. Ce déclic, je l’ai eu en cherchant sur internet le mot “photothérapie”, en effet je le voyais passer beaucoup sur les réseaux sociaux et il m’intriguait. J’avais déjà une idée de ce que la photo pouvait avoir comme impact sur la vie des femmes, mais je ne savais absolument à quoi m’attendre quand j’ai découvert le travail d’Elodie Sueur Monsernet.

Une chose était sûre, je savais que j’allais faire quelque chose qui changerait ma vie et mon approche de mon travail. Je me suis rendue à ses stages et en effet la photothérapie a tout changé !

Pour commencer, d’un point de vue personnel, c’était un électrochoc, les outils que nous utilisons sur nos patientes, nous les testons d’abord sur nous, et ce n’est pas simple ! Je suis une pro de l’introspection, mais forcément j’ai mes limites quand il s’agit de moi-même (comme tout le monde !) et pendant les stages, j’ai pu faire le point sur mes propres blessures et tout ce qui m’empêchait d’avancer. J’ai aussi des blocages vis-à-vis de mon corps qui me pourrissent (parfois) la vie. Et j’ai appris qu’ils avaient un sens et ça, vraiment ça a changé ma vie.

D’un point de vue professionnel : cette formation m’a permis de créer un nouveau projet professionnel concert et cohérent avec mes valeurs.


Quels sont les outils que nous utilisons en photothérapie :

- Le “diagnostic” c’est à dire une séance complète suivant un protocole très précis dont l’objectif est de “sortir” toutes les problématiques liées au corps et à l’estime de soi.

- Le portrait thérapeutique : c’est un incroyable outil qui permet de voir les problématiques de la patiente à travers l’utilisation de la photo. Il peut être remplacé par l’analyse d’un auto-portrait.

- La visualisation émotionnelle : Avec cet outil on va chercher le bénéfice secondaire de la problématique de la cliente. 

- Le corps au miroir : On apprend à se regarder ! Et surtout à se comprendre, et à comprendre son corps et ce qu’il a à nous dire.


Ce déclic, j’espère qu’il vous permettra aussi de trouver le votre, parce que mon objectif c’est vraiment d’aider les femmes à se comprendre, s’accepter et même s’aimer (soyons folles !)

A bientôt sur Montpellier ou sur internet….



Pourquoi Lilith…

Lilith… Pourquoi Lilith ?

Bonjour à toutes, bienvenue ici.

Pour mon premier post ici, je voulais vous raconter un peu pourquoi j’ai appelé ce site Lilith. En lisant un peu l’histoire de Lilith, je dois dire qu’elle n’a pas vraiment bonne presse ! Une femme démon, qui fait peur aux hommes, aux femmes enceintes et aux enfants… ça n’est pas très bien parti pour elle.

Et pourtant j’aime bien ce personnage. Peut-être parce que l’un de mes objectifs est de faire en sorte que les femmes libèrent leurs désirs, leurs fantasmes, leurs peurs pour qu’elles deviennent elles-mêmes, indépendamment de tout le reste, de toutes les emprises que la société leur fait porter. C’est un peu ambitieux, mais j’y crois.

Les femmes ont le droit d’être indépendantes, fortes et sûres d’elles.

Cette année 2020 a été très bizarre pour tout le monde, et pour moi aussi, cela va de soi. Impossible de sortir, impossible de voyager, impossible pour moi aussi de travailler (en tant que photographe de mariage, ma saison a été annulée presque entièrement). Malgré moi, je me suis retrouvée face à moi même, à mes doutes, à mes peurs, mes angoisses. Être indépendante et se retrouver dans l’impossibilité de travailler, c’est suffisant pour être un peu stressant mais en plus devoir subir cette actualité anxiogène, et là c’est un autre niveau d’angoisse. Quand la pandémie a commencé, j’ai vu progressivement ce que j’avais construit s’écrouler en un claquement de doigts, six ans et demi de travail et d’espoir qui m’échappaient. Je n’avais plus le contrôle.

Mon indépendance, c’est quelque chose qui a énormément de valeur, et j’avais enfin réussi à me sentir à ma place, à payer mes loyers toute seule.

Mes démons sont revenus en courant, mes émotions négatives, mes idées noires, je suis tombée dans un trou très profond. 

Et puis j’ai décidé d’accepter le démon, et si ce n’était pas possible de voyager à l’extérieur, je pouvais toujours faire un voyage à l’intérieur ! Et c’est ce que j’ai commencé ce voyage cette année, qui risque de durer encore un petit moment, mais tant mieux parce que maintenant je suis prête. J’ai commencé une thérapie, comme je pense beaucoup de personnes cette année ! Et j’ai commencé à me former pour être plus à l’écoute de moi et de mes clientes.

Lilith a toujours été là, je l’écoutais pour créer pour moi. Je divisais mon travail professionnel, et mon travail pour les autres. Mes inspirations et ce que je faisais pour vivre. Mais j’ai décidé de mélanger un peu tout ça !

Lilith n’a pas peur du corps, elle a l’air sûre d’elle, ce qui semble normal pour un démon. Je vais m’en inspirer. Et ça tombe bien parce que le rapport au corps c’est justement ça qui m’intéresse. Cela fait quelques années que je suis aussi photographe boudoir pour les femmes et les couples. 

Cette année, je me suis rendue compte que ce qui me faisait le plus vibrer c’est ces séances et aussi cet échange que je peux avoir avant les séances avec les femmes qui viennent me voir, et le bonheur qu’elles ont quand elles découvrent les photos. C’est aussi le poids qui semble disparaître en partie de leurs épaules quand elles partent de chez moi.

Alors si Lilith est un peu mon intuition aussi, elle m’a fait découvrir que je pouvais construire, même dans les périodes les plus difficiles. Et je suis super excitée d’avoir autant avancé cette année au final et de savoir que je veux vous aider à avancer aussi…

A très vite pour la suite de l’aventure….

Using Format